Les 4 erreurs de l’entrepreneur et comment les éviter

erreurs de l'entrepreneur

Vous vous réveillez ce matin, et ça y est, vous avez une idée de projet. Un nouveau site, un nouveau produit, un nouveau concept de boutique…

Mais avant de casser votre PEL et d’investir tout votre temps pour réaliser votre idée, il convient de l’analyser tout d’abord.

Car je vais vous présenter les 3 erreurs les plus communes, et comment les éviter !

Erreur n°1 : Ne parler de son idée à personne

Dans votre tête, votre idée est tellement géniale que vous n’avez osé en parler à personne.

Il peut y avoir deux raisons à cela :

  • Vous avez peur de vous faire voler votre idée.
  • Vous avez peur que votre concept ne soit pas si génial, si original.

Je vais vous rassurer : en réalité, il y a peu de chance de vous faire piquer votre idée. Pensez à ceci : les personnes réalisent rarement les idées qu’elles ont en tête, alors réaliser celle de quelqu’un d’autre s’avèrent encore plus compliqué .

Et derrière la deuxième raison, se cache la peur de l’échec, le doute.

En refusant de partager votre idée autour de vous, vous vous privez d’un trésor précieux : le feedback. Les retours sont très importants, car ce sont eux qui vous aident à affirmer, à peaufiner vos pensées. Votre projet peut sembler très clair dans votre tête, mais en parler à haute voix à une tierce personne vous permet de prendre de la hauteur. 

Les questions des autres permettent de :

  • mettre en lumière les zones de floue
  • mieux expliciter votre concept
  • confronter votre idée à des prospects potentiels

Erreur n°2 : Ne pas prendre en compte la réalité économique et le marché

Vous avez eu le temps de mieux définir ce que vous voulez réaliser. Mais il est temps de prendre également en compte les tendances du marché.

Un projet qui marche n’est pas forcément une idée géniale ou innovante. Un projet qui marche est un projet qui répond à la demande du consommateur, tout simplement !

Votre invention peut être la plus géniale au monde, mais si personne n’en a besoin ou ne comprend son utilité, alors vous rencontrerez un échec cuisant.

C’est pour cela que vous devez :

  • définir votre prospect cible
  • définir le besoin auquel votre produit répond
  • réaliser une étude de marché :
    • connaître vos concurrents
    • lister les produits existants
    • relever leurs points forts et leurs points faibles

Tous ces éléments vous permettront de voir si votre idée et le marché sont à peu près cohérents.

Par exemple, si vous voulez vendre des coussins bas de gamme à des prix élevés, dans une zone où se situe des enseignes type Action, Zeeman, Gifi et autre, vous avez peu de chance de toucher des clients potentiels.

Erreur n°3 : Vouloir lancer tout de suite un projet abouti

Lorsque le cadre et les grandes lignes sont définis, il est temps de passer à la mise en œuvre.

Vous voulez que votre produit soit canon, votre site web design, votre boutique au comble du chic. Mais avant de contacter votre banquier et de casser votre PEL, ne vaut-il pas mieux valider son idée pour de vrai ?

Mais comment valider son idée sans la réaliser entièrement me direz-vous ? C’est simple, il suffit d’avancer étape par étape et de créer un premier prototype. On parle également de MVP : Minimum Viable Product.

Voici quelques exemples concrets :

  • Vous créez un produit révolutionnaire ? Lancez une campagne de financement type Kickstarter ! Présentez votre projet au monde, et vous saurez immédiatement s’il y a du potentiel ou pas. De plus grâce aux participations, vous aurez des fonds pour investir dans votre prototype. Si votre campagne ne prend pas, vous saurez que vous devrez revoir votre copie, et ce, sans avoir eu besoin de liquider vos finances.
  • Vous souhaitez proposer un nouveau service innovant ? Créez un site vitrine très simple à l’aide d’un CMS comme WordPress ou Wix. Présentez votre offre en quelque mots et proposez aux internautes de les informer en avant-première de votre lancement en échange de leur adresse email. Vous avez beaucoup de visiteurs et récoltez beaucoup d’emails ? Bingo, votre concept plait ! 
  • Vous ouvrez un concept store dans votre quartier ? Pourquoi ne pas faire un partenariat avec une boutique existante dans votre future zone de chalandise, en proposant un corner store pour vendre vos produits ? Vous aurez directement des retours terrains de vos futurs clients, et vous verrez rapidement s’il existe un potentiel de développement avant d’ouvrir votre propre boutique.

Erreur n° 4 : ne pas avoir de business plan, ni de réelle stratégie

Dans l’euphorie de l’idée et du lancement, nous n’avons pas abordé le point crucial : la viabilité de votre projet.

Sans une base solide, votre future entreprise ne passera malheureusement pas le cap des 3 ans. C’est pour cela qu’il est important de réaliser un business plan. C’est un exercice qui n’est pas toujours des plus simples. 

Et pourtant il vous permettra de répondre à pas mal de questions :

  • quel est mon investissement de départ ?
  • quelles sont les coûts engendrés par mon activité : coût de développement, de fabrication, loyer, prestataires, etc…
  • quelle est mon modèle économique ?
  • quelle est mon chiffre d’affaires prévisionnel? 
  • quel est le chiffre d’affaires minimum à réaliser pour couvrir les frais ?
  • combien de ventes nécessaires pour atteindre ces objectifs ?
  • au bout de combien de temps serais-je être rentable ?

Bien sûr, il s’agit d’un prévisionnel. Mais ce prévisionnel servira de tableau de bord afin de vérifier si votre activité performe, ou si des actions correctives sont nécessaires.

En parallèle, il faudra également établir une véritable stratégie commerciale et marketing, qui sera la base pour mettre en place un plan d’action :

  • Définir votre positionnement
  • Définir votre axe de communication 
  • Définir votre stratégie commerciale 
  • Définir votre stratégie d’acquisition client
  • Définir la façon dont vous souhaitez gérer la relation client et l’expérience client…

Plus vous serez préparés, mieux vous serez armés pour affronter la longue route de l’entrepreneuriat ! Alors, êtes-vous prêt ?